Ces dernières années, l’offre de produits composés de probiotiques s’est considérablement étendue. Voici quelques éléments à prendre en compte, pour faciliter le choix du probiotique.

Une question de recherche

Des recherches ont-elles été réalisées sur la souche bactérienne, ainsi que sur le produit final? Bon à savoir: le mode d’administration influence souvent l’action du produit [1].

De quel type de recherches s’agit-il? Vérifiez soigneusement le type d’étude qui a été mené.

A-t-on mené une expérience sur des animaux de laboratoire, une étude d’intervention, un essai clinique randomisé (ECR)? Un essai clinique randomisé en aveugle, en double aveugle, avec ou sans placebo? Existe-t-il une revue de littérature ou une méta-analyse?

Une question de qualité

Les probiotiques sont-ils bien caractérisés? En d’autres termes, sait-on exactement quelle souche on a utilisé pour chaque micro-organisme? Et la souche bactérienne étudiée se retrouve-t-elle bien dans le produit final?

Le nom de la bactérie figure-t-il en toutes lettres sur l’emballage? Chaque bactérie porte un nom de famille et un nom de souche. En général, les produits composés de bactéries, dont le nom n’est pas entièrement inscrit sur l’emballage, ne sont pas constitués de vrais probiotiques.

Une question de quantité

Y a-t-il assez de bactéries dans le produit final?

Vérifiez si le nombre minimum de bactéries vivantes est mentionné sur l’emballage. Pour bénéficier d’un effet, il faut que chaque portion contienne des probiotiques en suffisance.

L’appareil digestif est peuplé de grandes quantités de bactéries: de 1×102 à 1×103 dans l’estomac jusqu’à 1×1010–12 unités formant colonie ou UFC /ml dans le gros intestin. La quantité minimale généralement acceptée est de 1 milliard (1×109 UFC) de bactéries par prise [1,2].

Une question de préparation

D’après la littérature, les préparations multi-souches (multistrain) ne seraient pas plus efficaces que leurs homologues mono-souches (monostrain). Les effets étant propres au produit et à la souche, il est bon de demander au fabricant quelles études ont porté sur un produit spécifique.

Un dosage normal doit être suffisant pour produire un effet. Il importe cependant d’absorber au moins un milliard de bonnes bactéries par prise. Pour la plupart des produits lactés courants, cela représente un tasse ou un flacon.

Produits lactés, poudres ou gélules: les préparations présentent de grandes différences en termes de contenu et de nombre de bactéries. Il est recommandé de lire attentivement l’emballage [3].

Références

[1] « Probiotics: A Consumer Guide for Making Smart Choices », International Scientific Association for Probiotics and Prebiotics, www.isapp.net, 6/10/2014. 

[2] Probiotic microorganisms in food: Properties, benefits, safety and enumeration, Dairy Science Food Technology.

[3] Ritchie M.L., Romanuk T.N., PLoS ONE, 18/04/2012,  7(4): e34938.